RADIOCOM.org

le blog des nouvelles technologies

Triste nouvelle: La cigogne balisée Max est morte

Copyright : H. Burgermeister Musée d’histoire naturelle, Fribourg

Max, la plus connue de toutes les Cigognes, est morte en Espagne à l’âge de treize ans et demi!

[col-sect][column]Il y a quelques jours, le Musée d’histoire naturelle de Fribourg a constaté que les localisations de plusieurs jours provenaient toutes du même endroit. La température interne de sa balise avait chuté et cette dernière ne bougeait plus du tout. Grâce à de bons contacts entre le musée et des ornithologues espagnols, des membres de la Société ornithologique espagnole se sont rendus sur place et ont trouvé la dépouille de la Cigogne ainsi que la balise qui fonctionnait toujours. Une mort accidentelle n’est pas exclue car tout près du cadavre se trouve une ligne électrique: y a-t’il eu un choc? une électrocution? Le cadavre avait déjà été dévoré par quelques charognards et ne permet pas d’établir clairement la cause du décès.

Max est né en mai 1999 à Avenches (VD) et a été muni le 5 juillet 1999 d’une balise Argos solaire. Depuis, ces déplacements ont pu être étudiés. Aucun autre animal dans le monde n’a pu être suivi aussi longtemps par des satellites. Lors de ses migrations, Max a le plus souvent parcouru entre 100 et 300 km par jour. Avec des vents favorables, les étapes étaient parfois de 400 km, exceptionnellement de plus de 500 km par jour! En tout, Max s’est déplacé sur plus de 60’000 km. Il a passé les premiers huit hivers au Maroc. Depuis, il hivernait en Espagne, soit en Andalousie, soit près de Madrid.

En 2002, à l’âge de trois ans, il a niché pour la première fois au nord du lac de Constance et il s’est avéré que Max était … une femelle. Depuis, elle a chaque année élevé des jeunes, 31 au total! Son succès de reproduction était avec 2.8 jeunes par an nettement au-dessus de la moyenne suisse pour les cigognes (1.7 jeunes par an).[/column]
[column]Avec ses treize ans et demi, Max a atteint un âge respectable. En Suisse, seule une Cigogne sur cinq atteint l’âge de se reproduire. Max détenait le record mondial d’un animal vivant muni d’une balise ! Une longévité remarquable !

Max et sa balise ont livré d’innombrables résultats intéressants sur la migration des Cigognes blanches. Il était ainsi possible, à chaque année de connaître p.ex. le début exacte de la migration, les itinéraires, la durée et la vitesse de migration, l’arrivée dans le quartier d’hiver, le début de la migration de retour, et si, d’une année à l’autre, l’oiseau changeait de comportement migratoire.

Le suivi satellitaire par le Musée d’histoire naturelle de Fribourg se poursuit avec 6 Milans royaux.

La direction du Musée d’histoire naturelle tient à remercier chaleureusement Adrian Aebischer, pour sa précieuse collaboration, pour l’analyse de toutes les données, pour la préparation des communiqués… et surtout pour sa très grande compétence et sa disponibilité.

Nos remerciements s’adressent aussi au Park « Affenberg » Salem (www.affenberg-salem.de), en particulier à son directeur Roland Hilgartner et à Mme H. Bürgermeister qui suivait la nidification de Max à Tüfingen. A tous les sponsors vont également nos remerciements car sans eux cette extraordinaire aventure n’aurait pas eu lieu.

Avec nos meilleures salutations

Adrian Aebischer
André C. Fasel
Directeur
Musée d’histoire naturelle
ch. du Musée 6
CH-1700 Fribourg-Suisse[/column][/col-sect]

Toutes nos infos sur la cigogne MAX

La Cigogne Max séjourne toujours à Madrid

La Cigogne Max séjourne toujours à Madrid.

Elle a passé les cinq dernières nuits à Vallecas, toujours dans le même quartier. Auparavant, elle a dormi deux fois 15 km plus au sud.

Pour se nourrir, Max s’éloigne souvent de 5 à 10 km pour rejoindre le parc «regional del Sureste» le long de la rivière Manzanares.

Avec nos meilleures salutations
Adrian Aebischer, André C. Fasel

Toutes nos infos sur ce sujet

La Cigogne balisée Max arrive à Madrid

La cigogne balisée MAXLa Cigogne balisée Max n’est plus qu’à 8 km du centre de Madrid.
Elle a passé ces derniers jours à Vallecas, entre bâtiments et autoroutes.
On se demande ce qu’elle trouve à manger dans ce quartier.

via Adrian Aebischer André C. Fasel

Toutes nos infos sur ce sujet.

La cigogne Max est presqu’arrivée à Madrid

Fribourg le 18 septembre 2012.

Max a poursuivi son trajet.

Vendredi matin Max a quitté la région de Narbonne pour aller jusqu’à l’Etang de Gruissan soit env. 40 km. Max avait-elle été freinée par la forte tramontane qui soufflait alors ?
Par contre samedi, en début d’après-midi, Max a franchi les Pyrénées près de Figueras et s’en est allée jusquà Golmès où elle a passé la nuit. Ce fut une belle étape de près de 350 km !
Dimanche matin, elle était déjà près de Lerida et a continué son voyage (180 km) jusqu’au nord-ouest de Saragosse où elle a dormi le long de l’Ebre.
Hier, 17 septembre, elle est arrivée dans la province de Guadalajara au sud de Sigüenza (190 km).
Ce matin, elle était localisée à Sacedon le long du Tage près du barrage d’Entrepeñas 90 km plus au sud. Nul doute qu’elle va trouver à Madrid son emplacement où elle a déjà passé plusieurs hivers.

avec nos meilleures salutations
Adrian Aebischer
André C. Fasel
Toutes nos infos sur ce sujet

La cigogne MAX est en France

La Cigogne Max continue son voyage vers l’Espagne. Mercredi passé, elle s’est déplacée en une petite étape de 25 km depuis Ependes(VD) seulement jusqu’à Vuillerens (VD) où elle est arrivée à midi et où elle a passé l’après-midi et la nuit. C’est sans doute la pluie qui l’a empêchée de faire un déplacement plus important.

Le lendemain, elle s’est rattrapée en faisant une étape de 400 km! Il est vrai que Max a été « portée » par un fort mistral qui soufflait en rafales jusqu’à 80 km/h !

Max est passée par Genève, par la vallée du Rhône et Valence pour se rendre jusqu’en Camargue où elle a passé la nuit à l’est d’Aigues-Mortes. Vendredi, elle a suivi la voie de migration habituelle jusqu’à Portiragne, à 10 km au sud-est de Béziers.

Adrian Aebischer ,André C. Fasel
Voir nos infos précédentes sur ce sujet

La cigogne Max a fait un bout de chemin

Fribourg, le 12 septembre 2012.

La cigogne Max a quitté les bords de la Reuss dimanche matin vers les 10h et est arrivée près d’Altreu vers les 14 h. C’est à Altreu que se trouve la plus grande colonie de cigognes de Suisse et c’est justement à Altreu que M. Max Bloesch (1908-1997) depuis 1948 avait réintroduit les cigognes.

Lundi, Max s’est déplacée jusqu’à Estavayer-le-Lac où elle a passé la nuit. Selon, divers observateurs, Max faisait partie d’un groupe d’env. 20 cigognes. Merci aussi à M. Marc Grandgirard qui a posé, sur la page Facebook du musée, des photos des cigognes qui ont passé à Cugy avant d’aller à Estavayer-le-Lac.

Mardi, elle a encore fait un bout de chemin en longeant le lac de Neuchâtel pour arriver près d’Yverdon au lieu-dit Ependes où elle a passé la nuit vraisemblablement sur les serres qui se trouvent entre l’autoroute et la voie ferrée. Elle devrait s’y trouver encore ce matin.

Peut-être, l’arrivée de la pluie l’a freinée dans sa migration automnale. A suivre !

avec nos meilleures salutations

Adrian Aebischer, André C. Fasel
Voir nos infos précédentes sur ce sujet

La cigogne Max avec sa nouvelle balise est en route pour sa migration

Vendredi matin, le 7 septembre, Max était encore vue et localisée à Tüfingen (D). A 9h50, elle est partie. Elle a d’abord contourné le lac de Constance par le nord-ouest, est arrivée dans le canton de Zurich au sud de Schaffhouse et a atterri, l’après-midi, à Rottenschweil (AG), au sud de Bremgarten où elle a passé la nuit et tout le samedi. Elle a certainement continué son voyage dimanche. Les localisations de la nouvelle balise ne sont transmises que tous les trois jours ; nous apprendrons mardi où Max se trouvait dimanche et lundi.

Copyright : H. Burgermeister Musée d’histoire naturelle, Fribourg


Avec nos meilleures salutations, Adrian Aebischer André C. Fasel

Voir nos articles précédents sur ce sujet

La cigogne Max a une nouvelle balise!

Copyright : H. Burgermeister Musée d’histoire naturelle, Fribourg

La Cigogne Max est à nouveau à l’antenne
La célèbre Cigogne Max n’a plus pu être localisée depuis le printemps passé, l’antenne de sa balise étant défectueuse. Hier, tout juste avant le début de la migration, Max a pu être capturée près de son lieu de nidification à Tüfingen (D) et son émetteur a pu être échangé.
Déjà au mois de mars, le Musée d’histoire naturelle de Fribourg avait constaté que l’antenne de sa balise était courbée et abîmée. Elle s’est finalement cassée. Une équipe du Musée d’histoire naturelle de Fribourg et les responsables du parc « Affenberg » (www.affenberg-salem.de) qui se trouve non loin de Tüfingen et où une bonne vingtaine de couples de cigognes nichent chaque année, ont rapidement décidé de capturer l’oiseau afin de remplacer la balise. Mais Max était très méfiante et n’a pu être capturée dans une grande cage qu’après plusieurs mois d’effort. Il est à noter l’engagement personnel du directeur Roland Hilgartner du parc « Affenberg » qui a réussi, lui-même, la capture de Max ! Peu après, Max a pu être relâchée avec une nouvelle balise, plus petite et plus puissante.
Max a passé ses premiers huit hivers au Maroc. Depuis 2007, il hiverne à chaque fois en Espagne. Aucun autre animal n’a pu être suivi aussi longtemps lors de ses voyages. Fin août ou début septembre, il partira pour un quatorzième voyage vers le sud.
Vous trouverez des images de la pose de la nouvelle balise sur nos pages internet.

Avec nos meilleures salutations
Adrian Aebischer, André C. Fasel

L’histoire de Max

Relire nos infos précédentes sur ce sujet

Des nouvelles de la Cigogne Max

La Cigogne blanche Max et son partenaire se sont bien occupés de leurs deux jeunes. Ces derniers ont survécu à la période pluie du 7 au 14 juin, à la vague de chaleur des derniers jours ainsi qu’à une tempête de grêle. Entre-temps, ils ont déjà la taille de leurs parents.

Un des deux a fait son premier essai de vol le 22 juin et a atterri sur un toit à 30 m de distance, à côté de sa mère. Après quelques autres petits déplacements, il est retourné au nid. Son frère a quitté l’aire pour la première fois le 24 juin. Pour passer la nuit, les deux reviennent souvent au nid.
Nous venons d’apprendre qu’un autre jeune de Max qui était né en 2008 a succombé à une collision avec une voiture le 26 mai de cette année. Cet oiseau avait niché en 2011 et 2012 près de Ravensburg (D), à 25 km de son lieu de naissance.

Nous vous souhaitons une bonne semaine!

Avec nos meilleures salutations

Adrian Aebischer
André C. Fasel
Directeur
Musée d’histoire naturelle
ch. du Musée 6
CH-1700 Fribourg-Suisse
Voir toutes nos infos sur ce sujet.

L’antenne de MAX la cigogne cassée

Max, la cigogne blanche balisée, et son partenaire élèvent avec succès leurs deux jeunes.
Les cigogneaux ont entre-temps environ 6 semaines. Vers la mi-juin, ils feront leurs premiers essais de vol.

Par ailleurs, les signaux émis par la balise de Max sont très mauvais; nous avons appris que l’antenne s’est rompue.

Toutes nos infos précédentes sur Max la cigogne balisée