C’est un sujet d’actualité car il y a fin 2012 début 2013, une nette recrudescence de brouillages divers sur les Relais FM de chaque région.
La goniométrie est un sujet qui n’est pas souvent développé. Le radioamateur est stationné sur une traditionnelle triangulation bien connue dans les recherches de balises toutes natures, balises Renards, balises aviation, Linx, oiseaux etc…
Cette technique bien rodée est efficace mais demande quelques manipulations terrain et surtout du temps et grande précision dans les relevés manuels. Ce qui laisse aux auteurs de perturbations un peu de temps pour s’amuser, ou au « mobile » un changement de données nécessitant un rafraîchissement des mesures.

Lorsque vous écoutez un relais FM qui a une grande portée sur une journée, le nombre de déclenchements intempestifs sans annonce d’indicatif est effarant. Ce qui correspond à une image mentale, d’entrer dans une maison sans y être invité. Cette impolitesse contraint à se passionner aux dispositifs d’identifications. Et à contrario devient dangereuse pour les contrevenants. Vouloir se cacher derrière un émetteur est un jeu ennuyeux surtout vis à vis des origines connues.

En effet, deux caractéristiques distinguent ces émissions : l’empreinte propre aux émetteurs à l’identique d’une emprunte digitale enregistré sous « Analyseur 2000 » par exemple. Puis, les coordonnées géographiques de la source d’émission en direction et distance mettant à l’épreuve les calculs Doppler sous différentes formules à découvrir dans ce document.

En parcourant les recherches permettant d’être bien informé sur les procédés stratégiques, un document de poids est retenu dans ce domaine. Il est intitulé : Guerre Electronique des Communications Principales Techniques de goniométrie et de localisation «Simple et haute résolution». Il est de P.Morgand et A.Ferreol, incontournable lorsqu’il y a travail sur ce sujet.
Préambule F5SN