Jacques F6TEM n’a pas désarmé sur ce type d’études et expérimentation. Au minimum le sujet demande beaucoup d’expérience pour se rendre compte de l’éventail de recherche, distillant d’excellents articles où chacun apporte une touche de plus.
Mais voilà que le numérique bien implanté depuis sa présence sur toutes les bandes, parle de tirer les signaux du bruit à l’aide d’outils logiciels puissants capables de remplacer les signaux manquants. En quelques sortes, des reconstitutions à modèles mathématiques, larguant ainsi les vieux principes analogiques.
En réalité, c’est un sujet qui est un des plus passionnant dans le domaine de la réception analogique ou numérique. Fouiller dans les démodulations K1JT à -25 dB, voir plus selon les modes indexés de la série des « JT65 ». La curiosité pousse à dire, mais de quel bruit s’agit-il ? Dans le système numérique, nous parlons du bruit coté BF, soit un réglage en niveau à l’entrée de la carte de 0 dB, et dans ce cas sur 600 ohms de référence.
A nouveau, la curiosité se situe dans la relation entre le bruit à l’antenne, ou premier étage HF et le bruit du dernier étage démodulé, la BF traditionnelle. En effet, avons nous fait un bilan clair du bruit conjugué sur les quadripôles d’entrées au bruit livré au décodage du logiciel dont le dernier rempart est la carte son.

[col-sect][column]Jacques explique : pour le JT65, je n’ai aucune expérience (immédiate), j’ai vu pourtant des positions assez claires coté HB9BBD.ch et la suite ici: http://www.sm2cew.com/jt65.html
les arguments réglementaires, mais aussi techniques sont assez détaillés. Histoire d’imager, si j’ai bien compris, le soft a échoué au niveau –25 dB appelé “deep search” et la solution fut la triche par data base interne au soft.
Des éléments de réponse aussi chez SM5BSZ (vrai détecteur ou non, tests avec Linrad et l’oreille) et RW3BP. Pour ce dernier, la mise en oeuvre de son système EME 48 et 76 GHz par un “banking filter” ressemble de beaucoup à ce que nous faisions au pro (cf: amortissement adiabatique des faisceaux).
On ne peut chez nous amateurs, physiquement gagner qu’en réduisant la BW, T et en faisant de la statistique grâce à la synchro extérieure. Mais, on perd le temps réel (sans pouvoir y revenir) et on a une réponse qui n’est plus une certitude mais fait apparaître l’aspect chaotique des phénomènes, comme d’habitude ! c’est en quelques mots mon sentiment. Il ne faut pas oublier qu’à la base de tout cela sont des signaux analogiques. A ce niveau Radio f<==> e (niveau et densité d’énergie) , il n’y a pas de mécanique quantique je crois !…seulement le coté sacré du soft et son “miroir à nous mêmes”
Le dernier point, valable pour l’analogique et le numérique est la présence de bruit non correlé (bruit blanc distribué de manière égale à l’infini) mélangé à du bruit cohérent que l’on retrouve dans les semi-conducteurs (flicker noise). A ce niveau, les points de calibration à 77°k (LN2) sont certainement plus corrects mais $$$$$$! la source d’action du JT c’est la BF et donc au moins cumule bruit thermique et 1/F.[/column]
[column]Il faut quand même noter, que pour le futur de la communauté Radio, si on regarde le nombre d’OMs qui ont réalisé un Sun/moon tracker, c’est un bon indice de direction pour des activités futures très intéressantes, tournées vers l’espace proche puis profond.

Après des années de mesure au Pro avec spectro Tek puis Ailtech 2075, je commence juste à avoir une idée claire d’un problème finalement assez simple: Comment tracer une droite par trois points et plusieurs inconnues (références “glissantes”). Les gens de la mécanique (pragmatiques, pointilleux et corporatistes) savent que ça marche mal ce genre de truc. DJ9BV avait résolu le problème de l’erreur à l’origine (passage en °K négatifs !) en inversant la déviation du galvanomètre du PANFI cad 0°k en butée haute il transparaît quelques frictions dans de vieux Dubus à ce sujet. Derrière les équations se cachent parfois un manque de compréhension de la signification physique des phénomènes. J’aime bien l’approche de Sergei RW3BP qui me rappelle quelques pointures du Pro.
La documentation du module General Radio (linear IF amplifier + detector) utilisé par W5LUA se trouve sur un site PA0 …très instructif….ça en fait des mesures qui sont nées fausses !
http://www.ntms.org/files/sun.pdf

En réalité, le développement n’est pas évident principalement en numérique où le traitement du signal prend une toute autre tournure dans sa globalité. L’exemple en TNT est significatif dont nous pouvons découvrir les particularités sur cette page dans  » l’aspect qualitatif du mode DVB-T ».

via F5SN
[/column][/col-sect]