La quarantaine de pylônes destinés au Wimax seraient illégaux, selon les associations et les habitants qui s’opposent à ce système depuis maintenant plusieurs mois. Jean Adoue et ses camarades s’appuient sur une décision du Conseil d’État, réitérée le 20 juin 2012, qui stipule qu’un permis de construire s’impose pour toute infrastructure de plus de 12 m de haut et une surface au sol supérieure à 2 m2. «Or, les pylônes Wimax n’ont fait l’objet que d’une déclaration préalable de travaux, précise Jean Adoue. On demande que cette situation soit régularisée au plus vite.» Un courrier a ainsi été adressé au préfet et au président du conseil général. «Cela risque de poser quelques problèmes, assure le collectif qui avait été «pris de vitesse» lors de l’implantation des pylônes. Certains pylônes ont été dressés sur des zones non constructibles.»

Et d’ajouter : «Comme nous avons été mis en cause, nous serions heureux de voir que la loi s’applique partout et à tout le monde. Nous serons donc particulièrement vigilants aux procédures et à l’affichage».
via La Dépêche