L’augmentation de la capacité massique et/ou volumique des batteries ainsi que la réduction de leur temps de charge sont deux obsessions majeures de leurs fabricants. Après avoir nous avoir proposé successivement le cadmium-nickel, puis le nickel-métal-hydrure et enfin le lithium-ion, on se demande si aujourd’hui les chimistes sont en panne d’imagination. C’est d’ailleurs dans une autre voie que celle de la technologie de fabrication que ce sont orientés deux chercheurs de l’université de San…
Continuez la lecture