Placée dans un musée parce qu’elle était devenue inaudible, une feuille d’aluminium sur laquelle était fixée l’un de tous premiers enregistrements publics réalisés par Thomas Edison a été restaurée, virtuellement. En reconstituant la modélisation 3D du support, des chercheurs de l’université de Berkeley sont parvenus à en lire le contenu, et à redonner voix à un individu mort il y a 134 ans.

C’est toujours un moment d’émotion particulier, lorsque des voix enregistrées il y a plus d’un siècle refont surface, alors qu’on les croyait disparues à jamais. L’an dernier, nous avions rapporté la restauration du plus ancien enregistrement musical destiné à la vente. Il s’agissait de la comptine Twinkle Twinkle, Little Star (sur l’air de « Ah ! vous dirai-je, maman »), enregistrée en 1888 sur un cylindre métallique retrouvé dans les archives des laboratoires de Thomas Edison.

Cette semaine, les chercheurs de l’Université de Berkeley sont remontés encore plus loin, en réalisant l’exploit de restaurer un enregistrement réalisé dix ans plus tôt, en 1878, aux tous débuts des travaux de Thomas Edison. Le principe du phonographe n’avait été inventé par l’Américain que l’année précédente.

Les enregistrements peuvent être écoutés sur cette page.

Continuez la lecture.