On ne verra plus les tenues rouges du Rac sur le bord des routes

L’association radio assistance cibiste (Rac) vient de clôturer officiellement ses activités lors d’une assemblée générale extraordinaire. Ce moment fut particulièrement difficile pour son président fondateur, Jean-Eric D’Haene qui ne put cacher toujours sa grande émotivité.

Active depuis 1993, l’association composée de cibistes à son origine s’est transformée en association de signaleurs. Une utilité qui ne souffrait pourtant d’aucune contestation.

Dans son long rapport de clôture, le président n’a pas manqué de dresser un bilan complet des activités de son association. « A la création, nous étions sur les ondes cibistes pour réaliser des recherches de personnes et surtout renseigner automobilistes et routiers sur les itinéraires. C’était avant l’avènement des GPS », se souvient Jean-Eric.

Un dernier geste symbolique

Petit à petit et répondant aux demandes d’organisateurs de courses cyclistes ou pédestres, les cibistes sont devenus des signaleurs. Ils assuraient ainsi la sécurité des parcours en bloquant les routes.

L’activité était alors importante et les bénévoles nombreux : « Nous avons pu compter jusqu’à 100 volontaires pour nos manifestations », ajoute le président. Mais d’année en année, l’érosion de l’effectif s’est fait de plus en plus ressentir. La faute à ceux qui interprétaient à leur manière les textes légiférant l’activité des signaleurs. Nos difficultés grandissantes à nous faire respecter ont eu raison de la motivation des bénévoles », assure le président.

L’émotion fut bien palpable et le président avait la gorge serrée. Il en avait gros sur le cœur au moment de tirer un trait sur 20 années de service, « de valeurs et de respect ».

C’est en évoquant ses plus fidèles bénévoles qu’il a adressé un vibrant merci à tous et rendu hommage à ceux qui ont disparu. Cherchant à positiver malgré tout, Jean-Eric D’Haene a remis un chèque de 1.200 euros (le solde financier de l’association) à Jacques Hallali, président de l’amicale des sapeurs pompiers de Charleville-Mézières, et Cédric Rigollet, capitaine et chef de corps du centre de secours.

Une somme qui sera bien utile pour les œuvres sociales des hommes du feu. Un dernier geste symbolique qui en dit long sur la personnalité du président D’Haene et de ses amis qui ne revêtiront plus la célèbre tenue rouge devenue au fil du temps synonyme de sécurité.

small>via l’UNION