Jean-Marie, le vice-président Jean-François Bages et Serge font partie des piliers de l'association. (PHOTO P. P.)

Le radio-club Cyrano F6KHS a récemment organisé des journées portes ouvertes. L’occasion de découvrir une pratique méconnue qui couvre la planète.

Al’heure d’Internet et des réseaux sociaux, la pratique des radioamateurs semble relever de la préhistoire des communications. Pourtant, le radio-club Cyrano F6KHS (1), présidé par Jean-Michel Couture, compte une quarantaine de membres, dont une dizaine très actifs. Ils s’adonnent à la télécommunication, découverte majeure du début du XXe siècle qui a rendu célèbre les noms de Thomas Edison, Édouard Branly ou encore Guglielmo Marconi.

Leurs travaux sur les ondes leur ont permis de découvrir qu’elles pouvaient transporter du son. À l’époque, la nécessité d’antennes fixées très haut, et d’une longueur minimum de 100 mètres, a permis de sauver un monument parisien voué à une existence éphémère : la tour Eiffel.

Une licence spécifique
« Il s’agit d’un loisir, mais notre capacité à communiquer avec le monde entier fait du radioamateurisme une pratique très réglementée », explique Jean-François Bages, vice-président du club bergeracois.

L’utilisation du spectre hertzien est régie par l’Union internationale des télécommunications (IUT) qui en définit la répartition et les modalités d’utilisation. Depuis 2003, la connaissance du code Morse n’est plus obligatoire, mais il reste très pratiqué, car son langage est international.


Continuez la lecture sur Sud Ouest