L’opération consistait à récupérer des identifiants de connexion bancaire par hameçonnage, puis à détourner des fonds vers l’Ukraine ou la Russie par mandats Western Union.

Des peines d’un mois de prison avec sursis à deux ans ferme ont été requises jeudi 27 septembre 2012 devant le tribunal correctionnel de Paris à l’encontre d’une quarantaine de prévenus poursuivis pour une vaste escroquerie bancaire sur internet organisée depuis la Russie et l’Ukraine. L’escroquerie, dont les principaux instigateurs n’ont pas pu être identifiés ou poursuivis, consistait à récupérer sur internet les identifiants de connexion ou les coordonnées bancaires de clients de banques françaises, le CIC et le Crédit Mutuel.
Deux techniques étaient utilisées. La première, le phishing, consistait à hameçonner les victimes en les incitant via des e-mails frauduleux à donner leurs coordonnées bancaires ou leurs identifiants de connexion sur Internet. Ces informations confidentielles pouvaient également être captées par des programmes espions. La seconde technique redirigeait les internautes qui se connectaient sur le site de leur banque sur des sites pirates qui enregistraient les identifiants de connexion.
340 000 euros de préjudice
Une centaine de victimes ont été recensées…
Continuez la lecture