Deux importants dispositifs de recherches ont été mis en place en août, après des alertes qui se sont avérées douteuses. La note est salée.

À Pujols, début août, quelque 80 personnes ont été mobilisées pour des recherches vaines. (Photo archives « sud ouest »)

Pas moins de 3 183 euros. C’est ce qu’ont coûté au bas mot les recherches entreprises début août à Pujols. Celles déclenchées à Duras une douzaine de jours plus tard n’ont rien de comparable, mais le principe est le même. Dans les deux cas, des moyens conséquents ont été engagés pour retrouver des personnes en difficulté potentielle. Mais au final, les deux alertes se sont avérées infondées.

À Pujols, les 50 militaires engagés sur les deux jours et les trois heures d’hélicoptère plus les deux heures et demi de trajet aller-retour depuis Bordeaux puis Toulouse, sont estimées à 10 300 euros, à la charge de l’état. Les quelque 130 sapeurs-pompiers et leurs véhicules engagés ont, quant à eux, coûté 12 883 euros au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis), dont le Conseil général est financeur. Via, dans l’un et l’autre cas, les impositions.

Pourquoi les deux alertes devaient être prises au sérieux…
…/…
Encore, cette fourchette de 23 183 euros ne tient-elle pas compte de la mobilisation des policiers, nationaux et municipaux et celle, bénévole, d’élus et de membres de l’association de radioamateurs.

Continuez la lecture


Voir notre article précédent sur ce sujet.