L’affaire remonte au mois de juillet où est constaté du trafic illicite quotidien sur la fréquence d’entrée du relais du Petit Ballon (68).

Motivée par une plainte du responsable du relais le 30 juillet, l’ANFR est intervenue le 6 septembre dernier après localisation et identification du perturbateur.

Ce dernier a été mis en demeure de cesser immédiatement cette utilisation sans autorisation administrative.

L’enquête n’est pas close, il va y avoir une visite chez le revendeur afin de récupérer la liste des acheteurs de matériel OM et de lui faire comprendre qu’il à une obligation d’information de ces clients…

F6AIU