Affichage d'un analyseur de spectre radio - Illustration: Wikimedia Commons

La Commission européenne veut encourager l’innovation dans les technologies sans fil grâce au partage du spectre radio. De nombreuses applications sans fil se développent notamment en domotique par exemple pour allumer et éteindre l’éclairage ou réguler les systèmes de conditionnement de l’air intérieur en fonction de la température. Il est vendu en Europe chaque année 40 millions de dispositifs sans fil utilisant la bande passante de 863-870 MHz, qui est une bande passante libre de licence.

L’accroissement de ces dispositifs va trouver ses limites car les ressources radio disponibles pourraient devenir insuffisantes. Pour faire face à la croissance exponentielle du trafic de données mobile et sans fil, l’Europe souhaite permettre l’utilisation partagée du spectre radioélectrique pour le sans fil y compris pour le haut débit.

En partageant le spectre radioélectrique entre plusieurs utilisateurs tels que des fournisseurs d’accès à l’internet, ou encore d’utiliser, à d’autres fins que la télévision, les ressources spectrales disponibles entre les fréquences de radiodiffusion on peut dégager plus d’espace disponible. La mise en place du partage de spectre radio est de nature à éviter que les utilisateurs des réseaux mobiles et du haut débit ne voient la qualité du service se dégrader alors que la demande s’accroît, et que le marché unique des investissements dans ces marchés de communications peine à se mettre en place.

Selon la vice-présidente de la Commission européenne: « Le spectre radio est l’oxygène de l’économie: tous les particuliers et toutes les entreprises l’utilisent. Si nous venons à manquer de radiofréquences, les réseaux mobiles et les réseaux à haut débit ne fonctionneront plus. C’est inacceptable, voilà pourquoi nous devons exploiter autant que possible cette ressource rare en redéfinissant son utilisation et en en faisant un marché unique. »
via techno-science.net