Fort d’avoir appris à ses chameaux à courir plus vite qu’un lévrier, un chamelier rusé promit à un bédouin que ses trajets seraient désormais si rapides qu’il pourrait se rendre à plus d’un marché dans la journée. Le bédouin n’écouta que sa cupidité et acheta le Pégase des sables. Las, à peine avait-il doublé le vent que son chameau s’écroulait, exténué et assoiffé. Ainsi en va-t-il de nos smartphones , toujours plus performants, toujours plus vite déchargés. Âgées d’une quinzaine d’années, les batteries au lithium-ion ont probablement atteint l’inévitable limite asymptotique du progrès. On attend la pile à combustible, qu’elle fonctionne au Coca-Cola ou qu’elle pèse 10 kg, peu importe, pourvu qu’on avance. Sur ce chemin où certains s’égarent, d’autres ouvrent des voies prometteuses, celle des piles à oxydes solides par exemple…
Continuez la lecture