Financée par RTE, qui gère les lignes électriques à haute tension, une étude en montre un aspect positif : la préservation des terres qu’elles surplombent. Menées pendant 3 ans par le Muséum d’histoire naturelle en Île-de-France, les observations révèlent une flore insoupçonnée. L’étude conduit aussi à quelques recommandations.

Les lignes à haute tension alimentent régulièrement l’inquiétude de riverains et sont stigmatisées pour leur impact sur les paysages, voire sur…
Continuez la lecture sur futura-sciences.com