A l’Ecole Centrale de Nantes dont l’expertise sur les énergies marines renouvelables est mondialement reconnue, ont lieu en ce moment les essais d’une éolienne flottante soumise à la houle et au vent.

Ces essais sont parmi les tous premiers en bassins dans le monde car il faut à la fois avoir la capacité à générer simultanément de la houle et du vent, ce qui est possible aujourd’hui dans le bassin océanique de l’Ecole Centrale de Nantes.

A chaque essai, les chercheurs des équipes du L.H.E.E.A. – Laboratoire d’Hydrodynamique Energétique et Environnement Atmosphérique de l’Ecole Centrale de Nantes – testent des conditions de mer et de vent différentes et évaluent les performances de l’éolienne dans des conditions océaniques modérées mais également sa résistance à des conditions fortes voire exceptionnelles.

Les éoliennes classiques peuvent être fixées en mer par 30 m de profondeur maximum ce qui limite leur implantation à la bande littorale déjà très occupée.

Les sites aujourd’hui disponibles se situent majoritairement à des profondeurs beaucoup plus importantes, ce qui justifie fortement les recherches des laboratoires de Centrale Nantes autour des éoliennes flottantes.

La maquette testée du 3 au 6 juillet est au 1/50ème. Des vagues de 20 cm simulent des vagues en réalité 50 fois plus hautes, pouvant atteindre 10 m de haut soit les conditions que l’on rencontrera classiquement une à deux fois par an sur le site d’expérimentation en mer SEMREV. Elle a nécessité près de deux mois de mise au point par les équipes du Laboratoire d’Hydrodynamique Energétique et Environnement Atmosphérique.

1ère expérimentation d’une éolienne flottante… par Centrale-Nantes

Continuez la lecture sur notre-planete.info