En 1910, la voiture électrique équipée de la batterie nickel-fer de Thomas Edison a parcouru un millier de miles, soit 1.600 km, pour démontrer la fiabilité du concept. Mais le moteur thermique l'a emporté... © Stanford University

La mythique batterie nickel-fer, conçue il y a un siècle par Thomas Edison, abandonnée puis réétudiée au laboratoire, ressurgit grâce aux nanotechnologies, au graphène et aux nanotubes de carbone. Un espoir pour améliorer les performances des voitures électriques.

La vieille batterie au nickel-fer, conçue au tout début du XXe siècle par Thomas Edison et depuis longtemps passée de mode, vient subitement de prendre un coup de jeune grâce aux nanotechnologies. Une telle batterie pourrait se recharger en 2 minutes et demie et se décharger en moins de 30 secondes, ce qui pourrait vivement intéresser l’industrie automobile pour de futures voitures électriques. …
Continuez la lecture sur futura-sciences.com