Inauguré hier matin sur le site d’Alprech, au Portel, le musée Argos fait revivre le patrimoine radiomaritime. Les anciens locaux de Boulogne Radio ont été transformés en lieu d’exposition permanente. Les passionnés y raconteront l’histoire et les petits secrets des radars, récepteurs et autres systèmes de navigation qui ont marqué leur vie.

La cabine d'un «radio» a été reconstituée à taille réelle. Machines, lit... rien ne manque. On s'y croirait!

Depuis 2008, les anciens locaux de Boulogne Radio ont connu une sacrée transformation. Entre 1908 et 2000, cette station terrestre assurait une veille de sécurité ; communiquait les bulletins météo, les avis aux navigateurs, les télégrammes ; et transmettait les communications téléphoniques.

Les bâtiments accueillent maintenant le musée Argos, qui a vu le jour grâce à la volonté de l’Association pour la sauvegarde du patrimoine radiomaritime et de la municipalité du Portel.

Depuis sa création, en 1996, l’association participe à de nombreux événements : fête de la Mer, fête de la Beurière, etc. Elle a rassemblé matériel et documentation, aujourd’hui exposés à Alprech, après quatre ans de travail. Le musée Argos – du nom d’un géant de la mythologie grecque, doté de 100 yeux – sera tout sauf statique : « La visite sera vivante, avec des explications d’hommes du terrain », assure Laurent Feutry, maire du Portel.

Matériel authentique

« Le matériel a été disposé par ordre chronologique, précise Gérard Joly, président de l’association. On trouve des récepteurs des années 30, des sondeurs, des radars ou encore un système de navigation mis au point pour les bombardiers pendant la Seconde Guerre mondiale. » Mais aussi des cartes ; des traceurs de routes ; une partie consacrée au sauvetage, avec un émetteur-récepteur à manivelle, une balise individuelle… « Tout vient d’armements ou des greniers et caves de particuliers comme nous, ayant travaillé dans ce domaine. Parmi notre centaine d’adhérents, il y a des anciens « radios » de bord, d’autres qui travaillaient à Boulogne Radio ou étaient chargés de la maintenance des appareils. » L’exposition permet de mieux comprendre l’évolution technologique de ces quelques décennies. De manière ludique et interactive :la cabine d’un « radio », reconstituée à taille réelle. devrait beaucoup plaire aux jeunes visiteurs, principal public visé par le musée.

PAR CÉLINE RUDZ

PHOTO GUY DROLLET
via La Voix Du Nord