Reporté il y a quelques semaines en raison de conditions météorologiques trop venteuses, le lancement du ballon stratosphérique réalisé par des jeunes de l’Accueil de loisirs a finalement eu lieu mercredi après-midi sur le complexe sportif de la Saillanderie. Mission réussie.

À 17 h tapantes, le ballon-sonde s’envole dans le ciel glacérien, totalement dégagé comme par enchantement. Une ascension saluée par une salve d’applaudissements de tous les acteurs de cette initiative. Trois minutes plus tard, à environ 1 000 mètres, la première nacelle se sépare de l’ensemble pour redescendre en parachute.

Quant au ballon gonflé à hélium qui est doté d’une seconde nacelle, il poursuit sa progression vertigineuse. « C’est l’aboutissement d’un projet débuté en janvier et dans lequel se sont impliqués huit enfants du Centre des Rouges-Terres », explique Erwan Angot, directeur de Planète sciences Normandie, association basée à Hérouville-Saint-Clair. Il est intervenu durant plusieurs mercredis pour animer les ateliers qui ont porté non seulement sur la construction de l’engin mais aussi des appareils d’expériences embarqués à bord. À noter que cette démarche d’éveil à la connaissance scientifique de manière ludique a bénéficié du soutien du Centre national des études spatiales (Cnes).

« Dans la première nacelle qui va nous permettre de mesurer les variations de température, il y a aussi une caméra. Dans la seconde nacelle, qui elle va monter à 30 000 mètres d’altitude, se trouve un appareil photo qui va prendre des clichés. L’évolution de la pression atmosphérique va aussi être enregistrée. »

Environ 90 minutes plus tard, le ballon éclate, libérant ainsi la dernière nacelle qui chute à 80 mètres/seconde avant que ne s’ouvre le parachute lui permettant un atterrissage en douceur. Au total, le vol aura duré environ trois heures.
via Ouest-France