L’architecture cognitive dans le Concept Radio. Synthèse par F5SN.

Dans les années 1990, lors du plein rendement de ma profession d’ergonome au niveau européen, la démarche cognitive était un terrain réservé aux études de conception dans les domaines pointus interfaces « homme/machine ». J’étais loin de penser qu’en 2012, ce raisonnement arriverait au niveau conceptuel de la radio SDR.
L’ergonomie cognitive est l’étude des interactions avec les dispositifs qui nécessitent l’utilisation des fonctions mentales de l’homme, perception, mémoire et traitement. Elle évalue également les problèmes de charge mentale qui résultent de cette interaction. Les études de conception cognitives par une grand partie des ergonomes de la Société d’ergonomie de langue Française (SELF) de 1990 à 2000, portaient sur les postes de pilotage, de conduite, les dispatching de commandement, les simulateurs pour les formations professionnelles, domaines d’activité où l’interaction est à son maximum en période de situation dégradée.
Récemment concernant les communications, plusieurs colloques développaient le principe d’architecture cognitive pour les systèmes radio.
Par exemple, afin d’augmenter le temps d’occupation des bandes de fréquences, il est mesuré en permanence la disponibilité de segments fréquences non occupés. C’est le soft qui choisira la fréquence de travail en fonction des occupations. Cet exemple permet de comprendre les possibilités ouvertes aussi bien sur l’aspect purement technique de la communication, et sur la souplesse mise à disposition de l’utilisateur.
Certains d’entre vous ont découvert avec l’utilisation du transceiver Perseus la possibilité de mise en mémoire à l’instant, de la totalité de la bande 80 m, par exemple.

Si l’utilisateur découvre de nouvelles possibilités, pour les fabricants d’équipement radio, le système SDR Permet:

* De concevoir une famille de « produits » utilisant une architecture plate-forme commune, permettant d’introduire plus rapidement de nouveaux produits sur le marché.
* De concevoir des logiciels pouvant être réutilisés avec modifications mineures dans différents « produits ». Ainsi les coûts de développement sont réduits de façon spectaculaire.
* Over-the-air, ou une reprogrammation à distance, permet la correction de bugs de se produire alors que le système est en service. Ce qui réduit ainsi le temps et les coûts liés à l’exploitation et la maintenance.

Les fournisseurs de services radio complexes en téléphonie mobile par exemple, sont également très intéressés car le SDR Permet:

* Des nouvelles fonctionnalités pouvant être ajoutée à l’infrastructure existante sans nécessiter de grandes dépenses en immobilisations nouvelles et permettant aux fournisseurs de services un avenir de leurs réseaux à moyen terme.
* L’utilisation d’une plateforme radio commune pour de multiples marchés, réduisant ainsi considérablement le soutien logistique et les dépenses de fonctionnement.
* Le téléchargements de logiciels à distance, permettant la mise à niveau avec de nouvelles fonctionnalités.

Concernant notre activité, la conception des transceivers du futur va s’engager rapidement sur ce concept. Il est probable de découvrir dans quelques années un transceiver qui signalera quelle platine ou CI est à changer pour conserver l’intégralité de ses propres qualités de « communications ».

F5SN