Lofar (LOw Frequency ARray), un radiotélescope européen géant qui cartographie l’univers en basse fréquence, vient de découvrir une collision de sous-amas de galaxies dans Abell 2256.

Pour observer le ciel en basse fréquence (entre 10 et 240 MHz), l’Europe a choisi de développer Lofar, un réseau de 50.000 antennes réparties sur 48 sites aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suède, au Royaume-Uni et en France (dans la station de radioastronomie de Nancay, département du Cher). Les mesures fournies par ces différents récepteurs sont combinées par interférométrie, permettant d’obtenir l’équivalent d’un radiotélescope géant. L’an passé Lofar avait par exemple permis d’étudier les deux extrémités du jet issu du trou noir supermassif au centre du quasar 3C 196.

De nombreux champs d’études s’ouvriront aux chercheurs lorsque la totalité du réseau Lofar sera opérationnelle: Soleil, planètes, pulsars, trous noirs, galaxies sont autant de sources d’émissions basses fréquences… sans parler des E.T. qui utilisent peut-être ces longueurs d’onde comme nous le faisons pour des applications militaires et civiles ! Les chercheurs ont utilisé Lofar pour étudier l’amas de galaxies Abell 2256. Une équipe internationale (dont fait partie un membre de l’Observatoire de Paris) vient de publier ses résultats dans la revue scientifique Astronomy & Astrophysics.

Continuer la lecture