Le Nadar IV prend son envol
Le ballon-sonde 2012 mis au point par 80 élèves du lycée Blum devrait prendre son envol aujourd’hui depuis le site Lavoisier. Un départ plein de promesses scientifiques.

Le projet n’est pas nouveau, mais chaque année depuis cinq ans, les élèves y consacrent toute leur énergie. La création d’un ballon-sonde chargé de capteurs programmés pour mesurer différentes grandeurs physiques lors de l’ascension du ballon jusqu’aux hautes couches stratosphériques est un exercice grandeur nature. « Au départ, le projet paraît compliqué, puis doucement on comprend le fonctionnement, et ça devient très intéressant, on a envie de s’investir, on apprend sans s’en rendre compte », témoigne Justine en seconde MPS.

Projet pluridisciplinaire, le ballon-sonde nommé Nadar, est abordé en mathématique pour le traitement des données, en science et vie de la terre pour l’étude de l’atmosphère et en technologie pour la conception de la carte électronique. Si le projet ballon-sonde revient chaque année depuis 5 ans, il est sans cesse amélioré et enrichi pour étendre les données.

Une caméra embarquée
« La grande nouveauté 2012 viendra avec une caméra embarquée. Nous aimerions arriver à filmer l’éclatement du ballon et visionner la Bourgogne vue du ciel », signale le professeur de physique, Frédéric Hélias. Aujourd’hui, le Nadar IV doit prendre son envol. Équipée d’un ballon de deux mètres de diamètre gonflé à l’hélium, la nacelle, qui contient les capteurs de mesure des températures extérieur et intérieur, la pression atmosphérique, la luminosité, un appareil photo, deux caméras et un boîtier GSM se hissera à plus de 30 km de haut. Elle croisera donc le couloir aérien qui se situe à 10 km, c’est pourquoi elle est équipée d’un réflecteur radar pour être visible.

Autre élément indispensable, le parachute, qui permettra à l’ensemble de redescendre en douceur après l’explosion du ballon due à la pression atmosphérique. Très investis, les élèves attendent avec impatience de voir les relevés de leur projet scientifique. Le Nadar IV devrait voler pendant une moyenne de 3 heures avant de retomber, selon les prévisions, près de Digoin.
via le Journal de Saône et Loire