Cette année, au lycée Henri IV de Béziers, les élèves de seconde option « Sciences de l’Ingénieur » ont construit la nacelle d’un ballon sonde. Ce projet mis en place par M. Beauchamp, enseignant de sciences physiques, a reçu le soutient du CNES qui a notamment fourni l’hélium, gaz coûteux et rare.

Un ballon sonde est un énorme ballon de caoutchouc auquel est accrochée la nacelle. Le ballon monte jusqu’à une altitude d’environ 30 km soit trois fois plus haut que celle d’un avion de ligne. À ce niveau, il n’y a quasiment plus d’air et la température descend jusqu’à – 60 °C ce qui induit des contraintes importantes sur les constituants de la nacelle. Puis le ballon éclate et la nacelle redescend, freinée par son parachute.

Pour l’occasion, celle-ci avait à son bord plusieurs expériences scientifiques élaborées par les élèves (divers appareils de mesures ainsi qu’un appareil photo numérique). Le tout étant géré par un ordinateur miniature et les données étant simultanément transmises au sol grâce à un émetteur radio.

Jeudi 10 mai dernier, sur le terrain du stade du Moulin à Lézignan-Corbières, les prévisions météo favorables ont permis le lâcher du ballon à 16 h 50 exactement.

La trajectoire du ballon fut déterminée grâce à la participation des radioamateurs de la région et plus particulièrement des radioamateurs biterrois qui se sont chargés de l’organisation du suivi de la nacelle.

Après 4 h 30 de vol, la nacelle équipée d’un parachute a finalement amerri à une dizaine de kilomètres de Leucate, ce qui rend très problématique la récupération des données. Grosse déception du côté des élèves qui espèrent maintenant qu’un navigateur trouvera la nacelle en mer, ou qu’elle s’échouera sur une plage. Heureusement, les coordonnées du lycée sont inscrites sur le matériel. Les cartes mémoires, « la boîte noire » du dispositif, contenant les photos et les données enregistrées pourront ainsi peut-être être sauvées.

via L’Indépendant