Sans chaînes et sur les ondes
LES RADIOS AMATEURS de Pontarlier veulent marquer le coup. Dans le cadre du festival Sans Chaînes, la vingtaine d’adhérents du club pontissalien a eu envie de s’investir pour diffuser sur les ondes du bout du monde un message concernant l’organisation du festival pontissalien. « Nous avons demandé la création d’un indicatif spécial pour le festival pour faire parler de l’événement », explique Jean-Michel, alias F4CQG.

Les radios amateurs émettent jusqu’à dimanche au château de Joux

« Nous avons réalisé 117 contacts dans 50 départements et 12 pays européens, plus l’Algérie. Le festival Sans Chaînes dépassera ainsi largement les frontières de la Franche-Comté et même de France. Il nous reste encore quelques jours pour ajouter de nouvelles contrées », poursuit Marie, alias F5QAY.

Dans le monde des radios amateurs, le but est de réaliser un maximum de contact. « Du coup, l’initiative fonctionne bien puisqu’il y a des collectionneurs d’indicatif spéciaux. Ce sont même de véritables chasseurs. »

De quoi asseoir encore davantage la belle réputation du club pontissalien, déjà reconnu dans le milieu pour son organisation. « Et en plus, comme nous faisons référence ici à un événement humaniste, qui a un rapport avec l’histoire mais qui n’est pas révolu. C’est très recherché et ça appui le côté dynamique du club. Et puis, il y a également des chanteurs connus. Ca intéresse les gens. » Et les passionnés se bousculent.

C’est pourquoi un rendez-vous précis a été décidé avec Port au Port, pour être certain de faire participer ceux qui ont, encore plus que les autres, leurs places à tenir dans cette initiative. « Quand on établit le contact, beaucoup de gens nous disent qu’ils connaissent la région et le château. Ça fait de la pub du coup pour le festival. »

Pour donner encore plus de poids et de symbolique à leur action, les radios amateurs ont déplacé matériel et antennes du côté du château de Joux. Dans un premier temps sur la terrasse du Nid d’aigle gentiment prêtée pour l’occasion. Et ce week-end, ils seront carrément à l’intérieur du fort. De quoi susciter également l’intérêt des visiteurs qui pourront leur demander des infos sur leur belle passion. L.L.

via Est-Républicain du samedi 4 mai