Camilla a envoyé une carte postale. Dans son scaphandre en tricot et son casque hermétique, ce poulet de l’espace est une petite figurine en plastique, envoyée par la NASA dans la stratosphère.

La mascotte a été accrochée à un ballon gonflé d’hélium, accompagnée de quatre caméras, d’un thermomètre et de deux GPS.

Mais ne riez pas, sa mission était très sérieuse : observer la tempête de radiations solaires la plus intense depuis 2003.

Organisée par les étudiants du lycée de Bishop Union en Californie, la mission spatiale s’est déroulée en plusieurs temps : une première fois le 3 Mars dans le calme avant la tempête, et de nouveau une semaine plus tard, quand la tempête était à son apogée. Lors de chaque vol, Camilla a passé 90 minutes dans la stratosphère, où les températures sont tombées à-60C.

Le poulet en plastique s’est cassé à 38039 mètres au-dessus de la Californie avant que le ballon d’hélium n’éclate, comme prévu, pour retomber à terre en parachute. Camilla a été retrouvée intacte près d’une petite chaine de montagnes à l’Est de la Sierra Nevada.

La source de la tempête de radiations était une tache solaire baptisée AR1429, qui a déclenché plus de 50 éruptions solaires dans les deux premières semaines de mars. Selon la Nasa, à l’apogée de la tempête, les particules chargées qui ont percuté la haute atmosphère ont dégagé suffisamment de chaleur en 3 jours pour alimenter la ville de New York en énergie pendant 2 ans.

Lu sur Le Guardian via www.atlantico.fr