Depuis le début de ce projet pédagogique et scientifique en 2007, le ciel et l’espace ont pris l’habitude de s’inviter à l’IUT de Valence courant avril. Dans le cadre de l’opération « un ballon pour l’école », proposée par Planète-Sciences et le CNES, cinq établissements drômois d’enseignement et de recherche partent une nouvelle fois à l’assaut de la stratosphère.
Cette année, l’équipe rassemble 3 étudiants de l’IUT de Valence (Licence Professionnelle SIRE), 48 lycéens de 2e option MPS du lycée Albert Triboulet de Romans-sur-Isère, une classe de 3e du collège de l’Europe de Bourg-de-Péage, 10 étudiants du lycée Algoud de Valence (BTS systèmes électroniques), et des
enseignants-chercheurs et doctorants du Laboratoire LCIS de Valence.

A un ballon rempli d’hélium est fixée une nacelle (étudiée et fabriquée par les collégiens) contenant des
capteurs (choisis et étudiés par les lycéens) et un système embarqué autonome (réalisé par les étudiants d’IUT et de BTS) en charge de l’acquisition et de la transmission des mesures.
Plus léger que l’air, le ballon monte, voyage au gré des vents, finit par éclater sous l’effet de la faible pression atmosphérique à une trentaine de kilomètres d’altitude, et la nacelle redescend freinée par un parachute. L’ensemble parcourt jusqu’à 150 km pour un vol d’une durée d’environ 3 heures pendant lesquelles la température extérieure flirte avec les -60°C.

«Usain Ball» (c’est le nom du ballon 2012) disposera de capteurs de température, de
luminosité, d’hygrométrie, de pression qui permettront aux lycéens de vérifier après le vol la
cohérence des mesures avec les modèles physiques. La localisation du ballon sera assurée par
un GPS embarqué. L’ensemble des informations sera transmis plusieurs fois par minute via un
émetteur radio FM et des SMSs.

La nacelle embarquera également 2 microcaméras fixes et une caméra motorisée, et ramènera des photos et vidéo du sol, de l’enveloppe du ballon (pour apprécier son augmentation de volume et filmer son éclatement) et de l’horizon (pour visualiser la rotondité de la terre). Une quatrième caméra HD avec transmission vidéo sans
fil permettra (via une antenne spécifique conçue par le LCIS, capable de s’orienter automatiquement vers
le ballon), d’avoir une « vue du ballon » du décollage, retransmise en direct sur l’écran du Spatiobus du CNES.

Ce bus, outil pédagogique du CNES, se déplacera spécialement dans la région valentinoise pour l’occasion. Il présentera les activités du CNES en matinée aux lycéens de la cité scolaire Briffaut, puis leur commentera le suivi du vol l’après-midi. Le lendemain, il animera des ateliers pour 2 classes du collège Triboulet de Romans-sur-Isère. La semaine suivante, en partenariat avec la MPT du Petit-Charran, il ira à la rencontre du jeune public du bassin valentinois.

Un réseau de radio-amateurs, formé de stations fixes réparties dans la région Rhône-Alpes, participera pendant le vol à l’écoute et au relais des communications vers un serveur hébergé gracieusement par la société romanaise FingerPrint.
Les radio-amateurs de l’association « Chasseurs de ballons » feront également le relais mobile, à l’aide de clés 3G fournies gracieusement par Orange. Ceci permettra aux étudiants, lycéens et collégiens, de suivre le vol en temps-réel et sur grand écran dans un amphithéâtre, mais également de rendre disponible ce suivi aux internautes via un site Internet (http://ubpe.iut-valence.fr) conçu par des étudiants de DUT.

Cour du lycée Polyvalent Algoud (cité scolaire Briffaut)
13h30 – 15h Préparation et envol
IUT de Valence amphithéâtre
15h – 18h00 Suivi du vol