Les radioamateurs du Valais, équipés de récepteurs et autre matériel d’écoute, ont offert mercredi leur aide pour localiser l’aigle « Kanghaï ».

Les 50 radioamateurs du Valais, représentés par leur président, Marc Torti, se sont proposés pour collaborer à la localisation de l’aigle « KanghaÏ », porté disparu depuis le 20 février. Ils ont écrit à la rédation du Nouvelliste, qui a transmis.

Equipés de récepteurs, d’antennes directives et de tout le matériel mobile, les « amateurs » sont à même de se mettre à l’écoute de la fréquence de la balise émise par le rapace.

Les radioamateurs, en bref

En Suisse, les radioamateurs ne sont surtout pas des amateurs, au sens péjoratif du terme. Ce sont tous des opérateurs dotés de connaissances techniques et d’un savoir-faire élevés. Ces personnes pratiquent un loisir permettant d’établir des liaisons radio avec d’autres radioamateurs. Les communcations doivent se faire à titre privé et ne peuvent pas faire l’objet d’une rémunération.

Pour pratiquer le radioamateurisme, il faut passer un examen et demander une concession auprès de l’OFCOM, ce qui diffère de la CB.
via arcinfo.ch