Les GSM et autres médias sociaux ne parviennent pas encore à pousser les ‘anciens’ systèmes de communication hors du marché. Le nombre de permis temporaires pour talkies-walkies grimpe en effet encore, alors que les permis pour radioamateurs restent stables à 5.000 unités.

Voilà ce qu’affirme l’Institut Belge des services Postaux et des Télécommunications (IBPT). L’utilisation de la Citizen Band (CB) régresse, mais le nombre de permis accordés en 2010 a quand même encore été de 20.000 unités.

Un appareil CB est un émetteur-récepteur (sur la bande des 27 MHz) utilisé principalement dans les camions, camionnettes de livraison ou véhicules agricoles. La CB permet de communiquer gratuitement et à grande distance. « Depuis le 1er janvier 2010, l’utilisation de la CB n’est cependant plus soumise à permis. A ce moment, il y avait encore quelque 20.000 utilisateurs », déclare Dirk Appelmans, porte-parole de l’IBPT. « A une époque, il y en a eu plus de 50.000. » Les abonnements GSM économiques sont probablement une alternative plus attractive.

Quant à parler nostalgie de la communication, le nombre de permis accordés aux radioamateurs est resté stable à plus de 5.000 unités. 230 nouveaux venus passent annuellement encore les tests. « Tout le monde ne réussit pas les tests, mais le nombre de nouveaux venus compense celui des personnes qui y renoncent. »

La radiocommunication privée, comme certains appareils talkie-walkie, est également soumise à autorisation. C’est surtout le segment des permis temporaires » qui croît. « En 2011, nous en avons accordé 2.500. Ce système de communication est notamment encore beaucoup utilisé lors d’événements. » Les chauffeurs de taxi recourent également toujours à des systèmes de radiocommunication privés.

Le nombre de permis accordés pour la communication maritime (dont les bateaux de plaisance) est évalué à 16.500 unités. Il convient d’y ajouter plus de 3.000 permis pour la communication aérienne.

via datanews.levif.be