En matière d’observation de la Terre, les images obtenues par le système optique Spot-5 présentent l’avantage de balayer un champ géographique relativement large, avec une résolution inférieure à 3 m. L’évolution des enjeux civils et militaires européens plaide aujourd’hui en faveur de l’accès à plusieurs niveaux de résolution d’image.

Les satellites mis en orbite par le système optique Pléiades fourniront des images de plus petite superficie mais dont la résolution sera de 0,70 mètre.

La complémentarité des offres Spot et Pléiades permettra donc aux utilisateurs civils (cartographes, vulcanologues, géophysiciens, hydrologues, urbanistes etc.) et militaires d’accéder à une gamme d’images plus riche, et donc mieux adaptée à la variété de leurs besoins.

D’autre part, dans le cadre d’une coopération avec l’Italie, le système optique Pléiades est développé sous l’égide du CNES en parallèle du système radar Cosmo-Skymed, lequel est sous la responsabilité de l’agence spatiale italienne.

Au travers de la coopération franco-italienne, les utilisateurs accèderont à un choix encore plus riche d’images : optique ou radar, haute ou basse résolution, champ géographique plus ou moins vaste etc.

Système Pléiades
Initiateur CNES (maître d’oeuvre de l’ensemble du système Pléiades)
Origine Programme Orféo (Optical and Radar Federated Earth Observation) de coopération spatiale franco-italienne, régi par le traité du Turin
Statut Pléiades 1 : en orbite
Participants Agences spatiales française, suédoise, belge, espagnole et autrichienne, les ministères des défenses française, espagnole et italienne
Objectifs Couvrir l’ensemble des besoins européens civils et de défense dans la catégorie de la résolution métrique.
Lancement Pléiades 1 : 17 décembre 2011 à bord de Soyouz (depuis le Centre spatial guyanais)

via CNES