L’Institut de recherche spatiale de l’Académie des sciences russe (IKI) joue sa dernière carte pour reprendre le contrôle de Phobos-Grunt. L’IKI demande aux réseaux d’observateurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs, de leur communiquer toute donnée d’observation visuelle du satellite. La Norad (North American Aerospace Defense Command) en fait partie et publie sur le Web les informations, dont les coordonnées de Phobos-Grunt.

La sonde, qui tourne autour de la Terre en 90 minutes, est apparemment très brillante. L’idée est de tester la variation de sa luminosité pour déterminer si elle reste en orientation fixe ou bien si elle est en rotation. Malgré l’impossibilité de communiquer avec Phobos-Grunt, les quelques observations visuelles semblent montrer que son orientation reste stable, ce qui prouverait qu’elle a encore un contrôle d’attitude opérationnel et laisserait encore un – très, très – mince espoir de la réveiller.

Lire la suite sur futura-sciences.com