La solution pour éviter de payer la taxe de l'OFCOM: utiliser un microphone avec fil. (photo: Keystone)

L’office fédéral de la communication (OFCOM) exige 120 francs par an pour l’utilisation d’un microphone sans fil. Dans le cadre d’un changement de fréquences, l’OFCOM part à la recherche des lieux de culte où les pasteurs prêchent «au noir», sans s’acquitter de la taxe.

Une circulaire de la fédération des églises protestantes rend attentif ses membres à cette problématique.
Changement de fréquences.
Cette chasse aux contrevenants est motivée par un changement de fréquences. En effet, dès le 1er janvier 2013, les canaux utilisés par ces micros sans fil seront utilisés par des téléphones mobiles et les micros risquent d’interférer avec les communications Natel. «C’est pour cette raison que nous effectuons ces contrôles»
déclare Deborah Murith, porte-parole de l’OFCOM dans les colonnes de «Der Sonntag».

Amendes salées
L’OFCOM rappelle qu’actuellement, les micros sans fil doivent être déclarés et que les utilisateurs doivent s’acquitter d’une taxe. Les contrevenants risquent une amende pouvant atteindre 100 000 francs. Sans compter le paiement des taxes non payées. «Cependant, jusqu’à maintenant, cette peine extrême n’a pas été prononcée» assure Deborah Murith.

De gros frais
Du côté des églises, la situation pose problème car ce changement de fréquence a des coûts. Rien que dans la commune de Mattenbach à Winterthour par exemple, ce sont 13 000 francs qui devront être investis car non seulement les micros, mais aussi les installations annexes devront être changés.

«Nous devons déjà nous acquitter de la taxe radio TV» clame Urs Höfling, sacristain à Mattenbach. Ce n’est que récemment qu’il a appris qu’il fallait une concession pour les micros. «Nous allons voir comment nous allons réagir» ajoute-t-il.
via 20minutes.ch signalé par HB9VAA