Des spécialistes de la spéléologie du département ont effectué un exercice de sauvetage dans l’aven du Cappuccino. Un entraînement indispensable au cas où.

Situé à 20 minutes de marche de l'aven du Capuccino, sur Caussols, le poste de commandement a consigné toutes les actions à l'ancienne: plus sur que l'ordinateur et le groupe électrogène. (Photo J. Die)

Alerte, alerte. Un spéléologue est blessé au fond de l’aven du Capuccino, un gouffre situé sur Gourdon. C’est ce scénario qu’a imaginé récemment le Spéléo Secours Français à l’occasion d’un exercice départemental de sauvetage en secours réel.
Pour les spéléologues, cet exercice « évacuation sur corde », étalé sur plus de 12 heures (lire par ailleurs) est considéré comme une sortie d’initiation. Dans cette cavité d’une profondeur de -400 m et de 3 720 m de longueur, les spéléologues s’exercent dans l’une des nombreuses galeries du Cappuccino, à -95 m et sur une longueur de 300 m avec 100 m de puits et 200 m en vertical.
L’opération est suivie en direct par un poste de commandement à vingt minutes de marche sur la commune de Caussols, au col de l’Ecre. À la manœuvre, des experts : Audrey Guillon, conseillère technique départementale en spéléologie et ses deux adjoints, Jean-Paul Coché et Renaud Carassou-Maillan. Ce sauvetage a mobilisé 31 spéléologues actifs de 8 clubs du département, de la Fédération française de spéléologie, du Spéléo Secours Français, du Comité départemental de spéléologie des Alpes-Maritimes, de l’association départementale des radio-amateurs au service de la Sécurité Civile des Alpes-Maritimes (ADRASEC).
Chaque année, de multiples exercices sont menés avec ces bénévoles, car même si les accidents sont heureusement rares, la formation est ici indispensable. Sur le département, la fréquence des accidents se limite à un incident par an. Et cette fois, tout s’est bien passé.
via nicematin.com