ARISSat-1, une analyse technique viable !

L’analyse du fonctionnement transpondeur posait questions depuis le lancement sur un critère tout autre que celui de l’information antenne 70 Cm endommagée. Quelques informations recueillies par mesures et observations fines, ne donnaient pas satisfaction aux observateurs experts. En effet, le fonctionnement intrinsèque d’un transpondeur satellite est mesurable sur un nombre de critères essentiels et ceci depuis le sol. Il s’est rapidement avéré que l’antenne n’était pas la préoccupation majeure.

Il est rappelé que le satellite coupe brusquement son transpondeur en cours d’exploitation lors d’une phase où il doit être opérationnel. Conscient que l’utilisateur n’a pas accès aux commandes ou aux subtilités logicielles réservées au Concepteur Gestionnaire, nous attendions une information, qui obligatoirement devait émerger.
Information de fonctionnement en cas d’anomalie énergétique : Lorsque le satellite est dans l’obscurité prolongée, afin d’économiser la batterie, il passe en mode automatique « économie d’énergie ». Lorsque le satellite bascule dans ce mode prévu, il transmet pendant 40 secondes et puis s’arrête pendant 2 minutes. Ce qui était (est) constaté.

Or, le mode économique a fonctionné alors que la phase d’éclairement était sensée être favorable. Tony AA2TX, ARISSat SDX développeur du logiciel de gestion fourni une explication sur le bulletin de l’AMSAT.
Identique à nos observations, Tony était également en analyse du phénomène et il suggère une hypothèse sur le dysfonctionnement : Selon certains angles d’incidence du faisceau lumineux sur les panneaux solaires ceux-ci ne peuvent pas fournir la puissance demandée pour l’ensemble des besoins. Nous savons effectivement que la puissance peut chuter à 2,5 Watts alors que les besoins sont en moyenne de 8 Watts afin maintenir le circuit de contrôle « tension batterie » en normal. Ce dispositif est en place pour éviter des dommages sur la batterie dont la tension descendrait trop bas en cas « nuit prolongée » et donc, préserver sa durée de vie.
Cette sécurité est indispensable. D’autant que, malgré le retour d’expérience sur les anciens satellites, il suffit de changer de matière première dans les équipements pour obtenir des plages de fonctionnements dont la fiabilité n’a pas été démontrée et, finalement se faire « piéger ».
Tony précise qu’il n’est pas assuré que le fonctionnement erratique du transpondeur provienne uniquement de la charge des panneaux, le circuit de régulation pouvant être lui-même en anomalie. Y-a-t-il des réserves par télécommande ou Soft permettant de modifier les seuils en cas de disfonctionnements ?

Quoi qu’il en soit, cette explication devient cohérente vis à vis du fonctionnement constaté par certains utilisateurs. A rappelé que ces utilisateurs attentifs, partagent la même passion avec l’équipe de conception vis à vis de leur enfant, en ajoutant; vivre l’événement est une forme de soutien à distance.

F5SN