Avec 50 bits par seconde, le débit peut sembler ridicule, certes, mais l’exploit n’est pas mince ni dénué d’intérêt : une connexion Wi-Fi est possible sur plus de 70 kilomètres. Ce flux d’informations en goutte à goutte conviendrait à des réseaux de gestion de l’énergie, les smart grids.

Les télécommunications nous habituent aux débits grandissants et l’on n’apprécie aujourd’hui que les mégabits par seconde. C’est ce qu’il faut pour transmettre des images, du son ou des vidéos. Mais si l’on se contente de bandes passantes faibles, donc de débits étriqués, on peut augmenter considérablement la portée.

C’est ce que propose une petite entreprise américaine, On-Ramp Wireless, avec un système baptisé Ultra-Link Processing. Il utilise une connexion de type Wi-Fi mais avec des algorithmes particuliers permettant d’extraire un signal du bruit, c’est-à-dire l’information au milieu des parasites divers, par exemple les émissions des autres réseaux Wi-Fi des environs. Dans des propos rapportés par Technology Review, Ted Myers, un responsable de l’entreprise, affirme que le dispositif peut récupérer un signal plus faible que le bruit.

Lire la suite.