L’ICANN a voté aujourd’hui une modification majeure du mode d’attribution des noms de domaines de premier niveau (TLD). Jusqu’alors, le nombre de noms de domaine de premier niveau était restreint : ce sont les « .com », « .net », « .eu », « .fr », etc., que nous avons l’habitude de voir à la fin des noms d’hôtes pleinement qualifiés. Mais aujourd’hui, l’ICANN a « ouvert le système de nommage d’Internet, pour libérer l’imagination humaine mondiale » (« ICANN has opened the Internet’s naming system to unleash the global human imagination », Rod Beckstrom, PDG de l’ICANN), de sorte que « la décision d’aujourd’hui va ouvrir un nouvel âge de l’Internet » (« Today’s decision will usher in a new Internet age », Peter Dengate Thrush, président du Conseil d’administration des directeurs de l’ICANN).

Devons‐nous nous réjouir de ces si beaux discours ?

De toute évidence, c’est bien un nouvel âge de l’Internet que nous promet l’ICANN, mais loin de libérer l’imagination, le but inavoué est plutôt de la canaliser. En effet, l’ouverture du système de nommage permettra, dès le 12 janvier 2012 de réserver un nom de domaine de premier niveau. Mais cette réservation « est un processus complexe qui nécessite un investissement » (Theo Hnarakis, directeur de Melbourne IT Digital Brand Services, société californienne spécialisée dans les services Internet, cité par Le Monde de ce jour), de sorte que ce sont « les grandes marques avec un marketing clair et une stratégie orientée vers le client leur permettant d’exploiter leur nom de façon compétitive » (idem) qui tireront profit de ce nouvel âge. Nous verrons ainsi fleurir des .apple, .google et .carrefour sur Internet, de sorte qu’Internet sera, dans sa structure même, un Internet des marques.

via linuxfr.org