NEC et l’Université du Tohoku ont annoncé avoir développé la première mémoire adressable par contenu (CAM) ne nécessitant pas d’électricité pour enregistrer des données, ce qui ouvre une porte importante vers la suppression totale du gaspillage d’électricité de nombreux appareils.

De nombreux appareils actuels reçoivent, en étant simplement branchés au circuit électrique, un flux constant d’électricité pour conserver des données ou des paramétrages. L’électricité utilisée par cette activité est estimée à environ 6% de l’électricité totale consommée dans les foyers. La mémoire développée par le professeur Ohno de l’Université de Tohoku et NEC est une mémoire adressable par contenu (c’est-à-dire que, contrairement aux mémoires de types RAM, son contenu n’est pas accessible par une adresse mais par une donnée). C’est une mémoire extrêmement rapide.

La non-volatilité (la capacité à ne pas perdre d’information sans apport d’électricité) est directement due au système physique d’enregistrement des informations. En effet, la mémoire utilise ce qu’on appelle la spintronique : les spins des électrons sont capables de se comporter comme des petits aimants et, selon leur orientation, de « stocker » des données. Ce type de mémoire pourrait être utilisé dans de nombreux appareils électroniques, notamment pour développer des appareils démarrant instantanément et ne consommant aucune électricité en veille.

L’équipe de recherche espère mettre en pratique cette nouvelle mémoire en moins de cinq ans.

via http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67053.htm