Les élèves de la TENE devant le ballon-sonde, avant le décollage.

Il était 10h20 hier, quand le ballon-sonde de la Terminale Bac Pro énergétique du lycée Charles-de-Gaulle s’est envolé. Le projet arrivait donc à son terme. Son but : « intéresser les jeunes aux sciences par des manipulations concrètes », dixit Agnès Thoumieux, professeur de maths et de sciences et chef du projet. « Dans la nacelle, nous avons mis des capteurs de pression, de température, de luminosité et d’humidité, ainsi que deux appareils photos pour prendre le sol et la courbure de la Terre ». Toutes les données et les photos seront analysées grâce au travail en parallèle des BTS Iris de l’Institut Limayrac de Toulouse. Ils ont développé le logiciel de suivi pour analyser les télémesures et les coordonnées GPS de la sonde, pour le récupérer à la fin de son voyage. « Il devrait durer 3 heures », explique Nicolas Verdier, présent pour représenter l’association Planète Sciences et le Cnes, qui ont participé au projet. Une réalisation qui, avant de s’envoler, avait permis à la classe de remporter le prix du Concours régional de Météo France 2011. Un prix qui n’a pas eu la même saveur que la vision du ballon s’envolant dans le ciel de Muret.

via ladepeche.fr