Arrivés à Valframbert, la fin du périple s'annonce pour Joël, Jacques et l'ânesse Myrtille.

Partis dimanche de Condé-sur-Huisne, deux radioamateurs ont rallié Alençon. Au bout de 67 km à pied,ils sont arrivés hier après avoir établi une trentaine de liaisons avec leur matériel.
67 km. C’est la distance parcourue à pied par deux radioamateurs et leur ânesse Myrtille. Partis dimanche de Condé-sur-Huisne, Jacques Paysan et Joël Neveu ont entrepris d’emprunter la Voie verte d’un bout à l’autre. Ils sont arrivés hier après-midi à Alençon.

Un an après l’ouverture de la Voie verte, ils préparaient leur périple depuis six mois. L’objectif ? La randonnée, bien sûr, mais surtout établir des contacts radio avec d’autres amateurs. Une randonnée « en totale autonomie » expliquent les deux randonneurs.

En effet, leur matériel radio fonctionne uniquement grâce au panneau solaire que Joël transporte sur son dos. Malgré une journée sans soleil, les marcheurs n’ont pas connu de pénurie. « On a de l’énergie à revendre. A l’arrivée, on pourrait facilement recharger cinq ou six portables ! »

Pendant leur périple de quatre jours à travers la nature, ils ont réussi à établir une trentaine de liaisons avec des radioamateurs de l’ouest de la France. « À certains endroits, on a tout de même eu du mal à établir des contacts, explique Joël. À cause de l’encaissement du chemin, la propagation des ondes n’était pas toujours favorable ».

Les deux amis sont quand même « complètement satisfaits ». Le bilan est positif et l’expérience enrichissante. Pour Jacques, l’ânesse Myrtille y est peut-être pour quelque chose. « C’est un vrai lien avec les gens que nous avons rencontrés. L’accueil à chacune de nos haltes a toujours été chaleureux ».

Et grâce à leurs contacts radio, la Voie verte est maintenant connue au-delà de l’Orne…

via ouest-france