Environnement SA, une entreprise de Poissy, scrute le nuage provoqué par l’éruption du volcan islandais Grimsvötn. Cette société vient de mettre au point un appareil qui capte les microparticules dans l’atmosphère.

Jean-Luc Mineau, directeur de la recherche chez Environnement SA, présente le capteur de microparticules que l’entreprise envisage d’utiliser pour analyser les cendres dégagées par le volcan islandais. | (LP/Y.F.)

Cet outil, expédié à haute altitude à l’aide d’un ballon, permet d’analyser avec grande précision la densité des poussières ou des cendres présentes dans la stratosphère. Selon les informations recueillies, les avions pourraient ainsi être autorisés à décoller.

Les données sont transmises par le biais des ondes à un centre de gestion. « Actuellement, lors d’une éruption volcanique, le principe de précaution est appliqué en clouant les avions au sol en raison d’un manque d’informations précises, indique l’ingénieur. Plus tard, en fonction des éléments recueillis par notre capteur, cette mesure pourrait être levée et les plans de vols modifiés. »

Le capteur est expédié dans la stratosphère, à plus de 10 km d’altitude, avec un ballon gonflé à l’hélium dont le diamètre varie selon les campagnes de mesure. Une première expérience s’est déroulée en avril en Suède. « L’engin est monté à 25000 m en quatre-vingt-dix minutes, indique l’ingénieur. Pour cette opération, il était guidé par satellite depuis le sol, et le ballon avait un diamètre de 50 m. »

via leparisien.fr