L’objectif est de faire voler une maquette du satellite étudiant Robusta de l’université de Montpellier. Comme le projet est suivit par le CNES, l’opération ballon se fait sous la coupe de Planètes sciences.

Curieusement le CNES (et non PS) refuse le montage d’un Tinitrack sur le KIWI car cela risque de le casser….. et impose de transmettre le GPS sous le format 600 bauds et fréquences 900/1500 hertz (futur format pour la transmission GPS du KIWI-GPS).

Pour le codeur pas de problème avec un XR2206, mais pour le décodeur, impossible de faire fonctionner un décodeur a base de NE567 ou de XR2211. Comme c’est déjà mercredi après midi, je donne le schéma du décodeur XR2211 pour le bell 202 (1200/2200 a 1200 bauds). Le modulateur est modifié en conséquence et la transmission GPS se fait selon le format Bell 202 mais sans aucun codage HDLC (format des trames packet). Pas le temps de choisir une autre solution et cela justifie le travail des étudiants qui ne prennent pas du clef en main…. Donc seule la station sol de Montpellier est équipée pour décoder. Comme tout cela est fini d’être mis au point et en boite à 3H du matin, l’information n’est pas diffusée. Le lendemain matin, un cycle de conférence toute la matinée tient tout le monde occupé jusqu’au lâcher.

Depuis 1 semaine, les prévisions donnaient irrésistiblement une chute en mer. Ce risque était parfaitement intégré au niveau de l’université de Montpellier avec par conséquence la perte de la charge utile.
Plusieurs solutions avec des bateaux ont été misent en place.
La prévision de chute en mer a probablement démotivé les éventuels suiveurs/chasseurs.

A 15H lâcher du ballon avec en arrière plan un orage très proche qui commençait à se faire voir et entendre.
Des Om’s suivaient la course de la sonde météo de Nîmes qui venait d’être lancé 1 H plus tôt et contrairement à toutes les prévisions faites le matin même, la trajectoire de la sonde est plus nord que prévu. Probablement un effet résultant de l’orage local non prévu.

Conformément à la sonde, la trajectoire du ballon est effectivement plus nord et comme on a demandé à sur gonfler légèrement le ballon, celui-ci monte un peut plus vite et finalement éclate à 25km.

Le ballon a pu être suivit depuis la station sol de Montpellier jusqu’à une altitude de 400m et donne un atterrissage dans l’étang de Vaccarès probablement prés du bord, mais inaccessible par la route.

Longtemps on a croisé les doigts pour un atterrissage sur la terre ferme, mais visiblement le parachute a bien fonctionné car la descente c’est passée très lentement en faisant dériver le ballon vers l’étang.

Vendredi matin un bateau du responsable du Parc naturel doit aller faire un tour dans la zone pour essayer de récupérer la charge utile.

via Gerard F6FAO