L’attraction de Festiciels, hier en début d’après-midi : l’envol d’un ballon stratosphérique.

Le ballon va atteindre un diamètre de 15 m avec l’altitude. Photo Francis REINOSO

Toute cette semaine, l’aérodrome de Montbéliard a accueilli les ateliers des Festiciels de Franche-Comté. Cette deuxième édition se prolonge de journées portes ouvertes durant ce week-end.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui encore, le public accède gratuitement aux diverses animations mises en place par le Pavillon des Sciences, tels les ateliers de fusées à eux, de microcerfs-volants, de construction de satellites.

D’autres sont présents, comme les chasseurs de météorites ou le club d’astronomie « Raconte-moi l’espace » qui invite à observer le soleil en toute sécurité. L’armée de l’Air a apporté son simulateur de vol.

Ces Festiciels apportent l’occasion à de jeunes expérimentateurs de valoriser leur travail. Ce fut le cas hier en début d’après-midi avec les élèves du lycée Viette de Montbéliard qui ont entrepris l’envol d’un ballon stratosphérique.
Trois heures pour atteindre 13.000 mètres et exploser

François Lachambre, un de leurs professeurs, expliquait : « Le ballon va atteindre 13.000 m d’altitude avant d’exploser. Il a un diamètre de 2,50 m au sol, il aura gonflé jusqu’à atteindre un diamètre de 15 m. » Le ballon emporte avec lui une boîte garnie d’instruments qui, toutes les deux secondes, envoient des données de température, de rayonnements solaires ou UV, de position, et bien d’autres : « Des renseignements utiles à mesurer les effets de serre », dit François Lachambre. Le Spatiobus du CNES, sous l’égide de qui sont placés les Festiciels, recueille ces données et les traduits en clair.

Il faut trois heures avant que le ballon n’atteigne son point le plus haut. La boîte de celui qui avait été lâché samedi a été retrouvée sur le territoire de Donauschingen, en Allemagne. Les lycéens de Viette visaient l’Alsace hier, mais la bise soufflait : « Il se peut que les courants se modifient selon l’altitude », disaient les experts présents.

Pendant les Festiciels, l’aérodrome de Montbéliard ouvre lui aussi ses portes, l’aéroclub propose des baptêmes de l’air, l’école de parachutisme du nord Franche-Comté fait découvrir ses activités, les aéromodélistes multiplient les démonstrations.

Bernard PICARDAT
via Edition Est-Républicain du 8 mai 2011