Ils équiperont bientôt les puces Ivy Bridge, explique Intel en montrant des transistors d’un nouveau genre, sculptés en trois dimensions pour de meilleures performances sur des puces gravées plus finement que les processeurs actuels.

« La plus grande évolution de l’architecture des processeurs depuis cinquante ans », « une annonce historique », « révolutionnaire ». Intel n’y va pas de main morte quand il annonce cette nouvelle famille de transistors, baptisés Tri-Gate, c’est-à-dire « trois portes ». Elle apporte de meilleures performances, « un gain de 32 % », explique le fabricant, en particulier en basse tension, ce qui se traduit par un encombrement plus faible, une vitesse maximale accrue et une réduction de la consommation électrique.

Ces transistors équiperont dès la fin de l’année les processeurs Ivy Bridge qui seront gravés en 22 nanomètres (nm), au lieu de 32 nanomètres pour les modèles actuels, et destinés aux ordinateurs de bureau et aux serveurs. Dans un second temps, Intel promet l’arrivée de ces puces plus denses sur le marché des appareils mobiles, un domaine où l’entreprise est à la peine, distancée par les sociétés proposant des processeurs à architecture ARM (Advanced Risc Machine).

Lire la suite sur futura-sciences.com