La toiture de l'immeuble qui abrite l'association des radioamateurs d'Antibes est en très mauvais état. Mais la Ville n'a pas d'autre local de disponible pour le moment. vINCENT rOSSOTTI

C’est une situation pour le moins étonnante. L’association des radioamateurs occupe depuis 30 ans une petite maison, 28 rue Vauban, qui appartient à la Ville. À l’époque, cela s’est fait « à la parole donnée », sans document liant les deux parties. Une autre époque… Et aujourd’hui, la Ville leur demande de libérer ce local. Pour deux raisons. « La toiture est en très mauvais état et cela devient dangereux, indique Alain Bignonneau, conseiller municipal en charge de ce dossier. D’autre part, ce périmètre est concerné par le projet Marenda-Lacan. Ce n’est pas pour cette année, mais nous ne pouvons pas engager des frais de rénovation dans un immeuble qui sera détruit dans un proche futur ».

Problème de responsabilité

Un premier courrier est donc parvenu à l’association en octobre 2010 pour les informer qu’ils devaient quitter les lieux dans les meilleurs délais. Un second, le 28 mars dernier, « pour constater que l’association occupe toujours le local » et pour demander « de prendre toutes les dispositions nécessaires pour libérer le local avant le 30 avril 2011. »

Ce courrier rappellait au passage que « ces locaux étant occupés sans convention, la commune ne saurait être tenue responsable pour quelque dommage que ce soit, susceptible d’affecter lesdits locaux d’ici votre départ. »

Les radioamateurs comprennent tout à fait qu’ils doivent libérer ces locaux, mais souhaiteraient pouvoir bénéficier d’un relogement. « On nous propose des créneaux horaires à la Maison des associations » précise Émile Bonfiglioli, « mais nous avons du matériel à brancher, des antennes à installer. On ne peut pas tout démonter à chaque fois…»

Conscient de cette spécificité, Alain Bignonneau, n’a « malheureusement rien de disponible pour le moment. » Mais il espère « peut-être avoir un local qui pourrait convenir dans deux ou trois mois. »

Le club de passionnés a besoin de 30 ou 40 mètres carrés. « De quoi poursuivre nos activités, d’autant que nous sommes le dernier club du département à avoir encore un local. » Par ailleurs, si un bailleur privé se présente, les radioamateurs sont « prêts à étudier toutes les propositions. »

via nicematin.fr