Le principe du fabricant consiste à créer un champ magnétique, suffisamment efficace dans un rayon de deux mètres, dans lequel passent le courant électrique, l’image et les données.
Le groupe a supprimé tous les câbles, pour un produit plus esthétique destiné aux attentes du marché européen.

Écrans plats, design épuré… les téléviseurs sont de plus en plus beaux, dommage que le tableau soit gâché par les fils. Le fabricant chinois Haier en a imaginé un sans un fil, même pas électrique. La promesse a de quoi faire rêver.

Sur le papier, le principe est très simple. «Dans un rayon de deux mètres, pas besoin de fils. Nous créons un champ magnétique dans lequel passent le courant électrique, l’image et les données », explique René Aubertin, le président de Haier Europe. Il suffit donc d’avoir un boîtier posé à proximité de la télé. Le boîtier est relié par un fil au secteur et éventuellement par un câble à l’antenne ou une réception ADSL et envoie par les ondes énergie et informations, sans déperdition de qualité ni de puissance.

L’avantage d’une telle solution serait de parvenir à se passer de tous les câbles et fils, y compris ceux reliant la télé aux lecteurs DVD, Blu-ray… «Nous allons évidemment tester l’impact de cette technologie sur la santé », ajoute René Aubertin, qui mise sur un lancement des premiers produits en 2011 en Chine et au début de 2012 en Europe. Haier, qui est convaincu que le sans-fil «est un véritable argument pour les consommateurs», expérimente une autre solution dans le domaine. Elle s’apparente cette fois au principe de l’induction. Il suffit cette fois de poser son récepteur (à condition qu’il soit conçu pour) sur une sorte d’étagère, reliée à l’électricité. Le courant passe alors entre le poste et la plaque. Le gain est a priori minime, puisqu’il faut brancher l’étagère et non pas le récepteur. Mais Haier a voulu aller plus loin dans cette voie et envisage de faire de cette plaque une sorte de chargeur universel pour tous les appareils électriques de la maison. «Imaginez, vous rentrez chez vous, vous poser votre téléphone sur cette plaque et hop, il se recharge automatiquement », s’enthousiasme René Aubertin. À terme, le principe pourra être étendu à des objets aussi divers qu’un PC, une bouilloire, une tablette…

Lire la suite sur lefigaro.fr