L'exercice interne organisé samedi matin consistait à localiser une balise de détresse.

LE radio amateurisme est une activité scientifique peu connue du grand public. Elle regroupe des passionnés de nouvelles technologies de télécommunications.
Techniciens, les radioamateurs étudient les phénomènes physiques de la radioélectricité et sont dûment autorisés à exploiter les fréquences pour établir des contacts à travers le monde, via les systèmes les plus évolués, comme les émissions par réflexions sur la lune, les relais terrestres ou, plus surprenant, grâce à des relais implantés à bord des satellites ou encore de la station spatiale internationale ISS !
Par idéal de service, certains d’entre-deux ont décidé de mettre bénévolement leurs compétences au service du ministère de l’Intérieur pour assurer des missions de sécurité civile.
Ce sont les Radioamateurs de l’Adrasec (Association départementale des radioamateurs au service de la sécurité civile).
En qualité de spécialistes en transmissions agréés, ils assurent, sous l’autorité du préfet, la mise en œuvre et l’exploitation de réseaux radioélectriques dédiés aux secours et la recherche radioélectrique terrestre d’aéronefs en détresse.
C’est dans ce cadre que, samedi matin, dans les rues de Rethel, sous le regard interloqué des badauds, se déroulait un exercice interne de localisation d’une balise de détresse déclenchée intempestivement…
Certains passants inquiets et au fait de l’actualité ont d’ailleurs interpellé les équipes, soupçonnant une détection de la radioactivité ambiante !
L’exercice fut un succès, malgré les perturbations dues au milieu urbain, les opérations de radiogoniométrie réalisées par les trois équipages et coordonnées par le PCD Rethel ont permis de découvrir la balise au fond d’un garage en une heure environ.
La dizaine de volontaires engagés dans l’exercice a ensuite regagné leur « base »… Une station radio bardée d’antenne et située à proximité de l’église des Minimes.

via l’union