Après avoir pris des mesures pour éviter les risques de contamination dans les aéroports, la Chine a décidé aussi de contrôler les messages sur Internet et en particulier sur les sites de micro-blogging où le terme « fuite nucléaire » a été censuré.

Impossible de faire une recherche sur le terme « fuite nucléaire » sur le site de micro-blogging chinois, sina.com, indique l’AFP. En réponse à cette requête les internautes reçoivent le message « Selon les lois en vigueur, le résultat de votre recherche ne peut être communiqué ». Le gouvernement chinois veut canaliser les craintes et les risques de panique de la population sur les évènements qui se déroulent au Japon. Les réseaux sociaux chinois se sont fait l’écho de messages catastrophistes. A tel point que le site sina.com a fait une communication pour réfuter les rumeurs.

via lemondeinformatique.fr