L’appareil faisait partie de l’escadron de chasse 2/4 Lafayette de la base de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône). Il avait décollé mardi à 20 h 20. A 21 h 20, il s’est écrasé dans le petit village de Saint-Oradoux-près-Crocq, à l’est du département de la Creuse.
À Saint-Oradoux-près-Crocq, les opérations pour sortir les restes du Mirage se sont poursuivies hier toute la journée. L’épave, pas encore visible, pourrait se trouver « au moins sous une dizaine de mètres de terre », a estimé le commandant Eric Trihoreau chef du département médias du Sirpa (service d’informations et de relations publiques des armées) air. L’appareil a percuté le sol avec une « force effroyable », « à plusieurs centaines de km/h, pour ne pas dire plus », près d’un étang dans un sol « meuble et humide » et a donc « pu s’enfoncer très profondément», soulignait hier le commandant Eric Trihoreau, .
Le pilote et son navigateur sont décédés.