Réquisitionnables sur ordre du préfet, les membres de l’ Association départementale des radioamateurs au service de la sécurité civile, l’ADRASEC 66, ont pour mission de rechercher les balises d’avions tombés au sol ou de navire en détresse n’ayant pas coulé, ainsi que de randonneurs, équipés de balises et perdus dans la nature. Ils sont par ailleurs chargés de produire un supplément de transmissions en cas de déclenchement du plan Orsec, du plan rouge, en cas d’inondation ou de catastrophe ferroviaire.

Ainsi, au cours de la tempête Klaus, en janvier 2009, les adioamateurs, qui sont tous des bénévoles, ont été réquisitionnés pour assurer les communications radio entre Perpignan, Estagel et le Centre opérationnel départemental, la cellule de crise. Ils ont par ailleurs participé à la mise en communication des gendarmeries de Font-Romeu et Prades en raison des dégâts provoqués sur les moyens de transmission. Douze radioamateurs ont ainsi été mobilisés à l’occasion de ces opérations.

Si ces missions sont plutôt rares, l’ADRASEC 66 intervenant lors de situations critiques, les membres doivent être opérationnels très rapidement et en nombre suffisant. Et c’est là où le bât blesse. C’est pourquoi aujourd’hui, l’association elle-même tire la sonnette d’alarme sur sa propre situation : sur la quinzaine de membres répartis en quatre équipes, seuls trois ne sont pas à la retraite. « Nous avons une moyenne d’âge de plus de 60 ans, explique Claude Gouasdon président de l’ ADRASEC 66, plus connu dans le milieu sous l’indicatif F5PMS. Avec même un radioamateur de 80 ans ! Nous avons besoin de jeunes pour continuer à fonctionner. Le bénévolat, c’est quelque chose que l’on a en soi », ajoute-t-il aussitôt.

Les personnes concernées par cet appel sont avant tout des passionnés ayant leur licence de radioamateur leur offrant la possibilité d’utiliser les fréquences radio.

Ce recrutement concerne aussi tous ceux qui ont envie de donner un peu de leur temps à la collectivité, sans assurer de mission de transmission, en conduisant par exemple une voiture quand les équipes sont sur le terrain. La devise des radioamateurs prend ici tout son sens : « Une passion la radio, un idéal servir ». L’appel est lancé : avis aux passionnés et amateurs, radio bien entendu !
via Isabelle Bley lindependant.com