Robert Couffinal, président de l’Association départementale des radioamateurs gersois au service de la sécurité civile (ADRASEC 32), en ouverture de l’assemblée générale de l’association a souhaité la bienvenue à Louis Noël, responsable Sud-Ouest de la Fédération nationale des radioamateurs de la sécurité civile, et aux quatorze membres actifs de l’association.

D’utilité publique

Robert Couffinal, Noël Louis et Hubert Weibel./ Photo DDM, Alain Duprat

Déclarée au Journal Officiel du 2 janvier 1991, liée à la préfecture depuis le 4 décembre 2007, l’association a obtenu l’agrément départemental du Ministère de l’Intérieur, direction de la sécurité civile, le 5 juin 2007, ce qui est un label de qualité. Le président départemental soulignait que les radioamateurs gersois se sont structurés en 1982 afin d’apporter leur concours, aux actions menées par la Sécurité civile et à la demande de l’autorité préfectorale, ce qui permet au préfet d’avoir à sa disposition une infrastructure de télécommunication et de détection radiogoniométrie en cas de besoin. Il faut rappeler que les membres de l’association sont des femmes et des hommes bénévoles, titulaires d’un certificat d’opérateur radioamateur obtenu après un examen très complexe avec des connaissances techniques sur l’électricité, la radioélectricité, l’électronique et l’aptitude à la lecture et à la transmission des messages en morse.

Leurs missions civiques sont parfaitement définies par les différents plans de secours (SATER et ORSEC) mais aussi très poussées pour les recherches de balises aéronautiques.

La tempête Klaus, si elle a démontré que la ville d’Eauze était restée isolée durant deux jours, a prouvé l’utilité des radioamateurs. L’ADRASEC a reçu l’attribution d’un émetteur-récepteur et une antenne (800 €), matériel qui sera installée sur le château d’eau du lieu-dit Duret à Eauze et qui fera office de transpondeur.

« Il faut pouvoir collecter les informations, les centraliser pour ensuite les diffuser et aider ».
via .ladepeche.fr