logo du site internet beta IsidoreIsidore vient d’être lancé le 7 décembre 2010 par le TGE-ADONIS (Accès unifié aux données et documents numériques des sciences humaines et sociales) du CNRS.

D’abord qu’est-ce qu’ADONIS ? C’est un « très grand équipement » relatif aux sciences humaines et sociales – comme le LHC est un très grand équipement de la physique.

Et qu’est-ce qu’Isidore ? En tant que fils d’Adonis, qui fut aimé d’Aphrodite, ce doit être à tout le moins une belle réalisation. C’est le cas.

Ce n’est pas un moteur de recherche commercial, c’est le moteur de LA recherche (insistons sur l’article) – au moins celle des sciences humaines et sociales.

Concrètement, Isidore moissonne une grande quantité de liens émanant de nombreuses bibliothèques numériques, comme Gallica (BnF), ou Numdam le site des revues mathématiques (histoire des sciences), ou revues.org le site des revues en sciences humaines, ou bien d’autres encore, comme ceux qui sont répertoriés par NUMES (de l’ABES Agence bibliographique de l’enseignement supérieur).

À l’inverse d’un moteur de recherche commercial, Isidore ne recherche que dans ce corpus : même s’il n’y a pas (encore) tous les résultats intéressants, la recherche n’est pas polluée par des résultats peu pertinents, comme ce peut être le cas avec un moteur de recherche commercial. C’est, d’une certaine manière, le prolongement de l’idée que nous avions développée dès 2004 sur science.gouv de notre moteur de recherche interne (en haut de la page, « rechercher sur science.gouv ») parmi le millier de sites que nous répertorions. Nous retrouvons aussi sur Isidore le mini-descriptif des sites (comme celui que nous faisons de nos sites répertoriés), qui constitue un bon guide pour l’internaute.

Lire la suite…

L’explication et les FAQ sur Isidore.
L’accès au moteur lui-même :www.rechercheisidore.fr