Tous les cent ans environ, une tempête solaire arrive si puissante qu’elle remplit le ciel d’aurores d’une couleur rouge sang, perturbant les boussoles, et envoyant des courants électriques qui parcourent la planète terre. La tempête la plus célèbre, Carrington en 1859, a perturbée les communications télégraphiques.

Un rapport de 2008 de la National Academy of Sciences avertit que si une telle tempête avait lieu aujourd’hui, nous pourrions connaître des pannes d’électricité généralisées avec des dommages permanents affectants de nombreux transformateurs.

Un nouveau projet de la NASA « Solar Shield »
« Solar Shield est un nouveau système expérimentale de prévision pour le réseau électrique nord-américain », explique le chef de projet Antti Pulkkinen, associé de recherche de l’Université catholique d’Amérique et travaillant au NASA Goddard Space Flight Center. «Nous croyons que nous pouvons nous concentrer sur des transformateurs spécifiques et prédire lequel d’entre eux va être le plus durement touché par un événement météorologique. »

Le fauteur de troubles pour les réseaux électriques est le «GIC» – abréviation de courant géomagnétique induit. Quand une éjection de masse coronale frappe le champ magnétique de la Terre, l’impact cause sur le terrain des tremblements et frémissements. Ces vibrations magnétiques induisent des courants un peu partout, de la haute atmosphère terrestre au sol sous nos pieds. De puissants CPG peuvent surcharger les circuits, les disjoncteurs, et dans les cas extrêmes faire fondre les enroulements des gros transformateurs.

Le site du projet Solar Shield